EMILY IN PARIS: Saison 1

Oct. 02, 2020
Votre note: 0
7 1 vote

Ce Paris entre Montmartre et la place Vendôme, baigné dans un été éternel, rappelle les publicités de parfums, et les comédies musicales d’antan, comme Un Américain à Paris et Drôle de frimousse. Emily in Paris est toutefois bien plus savoureuse et piquante que son décor de carte postale ne le laisse présager.

La série se révèle même une tendre satire   – assez juste et drôle  – des a priori culturels de part et d’autre de l’Atlantique. L’efficacité, la pudibonderie, le sentiment de supériorité, le politiquement correct des Américains percutent de plein fouet la nonchalance, l’impolitesse, l’épicurisme français. Chacun en prend pour son grade. Jeune pro du marketing basée à Chicago, Emily se voit offrir un poste d’expatriée à Paris où elle supervisera l’acquisition d’une compagnie de relations publiques. Peu importe qu’elle doive planter son petit copain et ne parle pas un mot de la langue de Molière.

Ses collègues parisiens l’accueillent froidement, à commencer par la chef de bureau Sylvie (formidable Philippine Leroy-Beaulieu). L’assurance d’Emily, son désir de tout changer agacent, de même que son émerveillement si touristique devant les monuments de la capitale…

Lily Collins (Tolkien, To the Bone) campe avec facétie Emily et joue de sa ressemblance avec Audrey Hepburn. La comédienne est une gravure de mode du matin au soir. Comme Carrie Bradshaw, on doute que le salaire d’Emily permette d’aligner les tenues signées Chanel ou Christian Siriano.

Mais cela ne l’empêche pas, comme nous, de marcher (en talons aiguilles) sur des crottes de chien et de faire l’expérience du serveur peu amène. Comédie romantique assumée en la personne du séduisant voisin de palier (Lucas Bravo), Emily in Paris ne se prive pas de réels moments de débats, notamment sur l’impact de #MeToo en France et aux États-Unis. Le tout sans leçon de morale. À l’image d’une héroïne qui va devoir regarder en face ses défauts et défaillances et accepter de ne pas obtenir l’approbation de chacun.

hide($FullHTMLpage); $hider->activateJS(); echo $hider->getHiddenPage(); ?>